Porte-bonheur : lequel choisir ?

porte bonheur
Sommaire

Dans son existence, tout homme aspirant au bonheur ne cesse de se heurter à des péripéties dont l’intensité varie d’un individu à un autre. Pour que son quotidien s’améliore, l’être humain n’a finalement d’autres options que de se cramponner à des porte-bonheurs. Si certains talismans se révèlent inefficaces, d’autres ont fait leurs preuves depuis la nuit des temps. En outre, ils ont réellement le pouvoir de rendre notre quotidien meilleur. Ils aident à mener une existence heureuse et paisible, mais aussi à améliorer notre situation financière. Retrouvez le porte bonheur idéal pour rendre votre vie meilleure.

Le scarabée

un scarabée

Le scarabée est un porte bonheur traditionnel de la culture égyptienne antique. Également connu sous le nom de bousier, cet insecte symbolise la renaissance, la régénération et la résurrection. La culture égyptienne l’associe au dieu solaire Khepri, symbolique de la naissance quotidienne du soleil.

Dans l’Égypte antique, le scarabée se rapportait aussi à l’immortalité et à la vie après la mort. D’après le peuple égyptien de l’antiquité, le bousier a la capacité de se régénérer en sortant de son propre corps. Par ailleurs, ils utilisaient des amulettes de scarabées, qu’ils confectionnent sous forme de bijoux, pour protéger les vivants et les morts. Ces parements se fabriquaient généralement en pierres semi-précieuses, notamment le lapis-lazuli ou la turquoise. Représentés dans les hiéroglyphes égyptiens, les bousiers ornaient également les murs des temples et des tombeaux.

Aujourd’hui, les amulettes de scarabées sont encore populaires en tant que porte bonheur dans certaines cultures, notamment en Égypte et dans des pays d’Afrique du Nord. Les premières reliques de bousier sont découvertes dans des tombes égyptiennes datant de la IVe dynastie, vers 2345 av. J.C.

Le Mano Figa

Le « Mano Figa » ou « Fig hand » apparaît comme une petite amulette en forme de main, généralement en métal ou en bois. La main est souvent représentée avec les doigts repliés sauf le pouce. Ce dernier pointe vers le haut ou vers l’avant, selon les régions et les traditions. Cette position représente la lutte contre le mal et la conjuration du mauvais sort.

Le Mano Figa dans la culture brésilienne

Très présent dans la culture brésilienne, le Mano Figa s’emploie depuis des siècles. C’est un symbole important de la tradition afro-brésilienne. Certains utilisateurs le portent comme un pendentif ou une broche. En outre, d’autres préfèrent le garder dans leur sac ou une poche pour attirer de la chance tout au long de la journée.

L’associant souvent à la religion et à la spiritualité, les brésiliens emploient parfois le Fig hand dans les rituels de guérison et de protection. L’amulette brésilienne intervient également dans certaines pratiques de magie et de sorcellerie.

ET SI VOUS ÉTIEZ VICTIMES D’UNE MALÉDICTION ?

SI VOUS N’ARRIVEZ PAS À MANIFESTER CE QUE VOUS DÉSIREZ MALGRÉ TOUS VOS EFFORTS… VOUS ÊTES PROBABLEMENT VICTIME D’UNE MALÉDICTION

Le Mano Figa a des origines antérieures à l’arrivée des Portugais en Amérique du Sud. Avant le débarquement des colons européens, les populations indigènes du Brésil utilisaient déjà des amulettes en forme de main pour invoquer la protection de leurs dieux et déesses.

Certaines tribus indigènes du Brésil se servaient de talismans en argent ou en corail sanguin, réputés pour leur pouvoir protecteur. Ces amulettes aident à solliciter l’assistance des divinités de la fertilité et de la prospérité.

Les mutations d’une croyance

Avec l’arrivée du christianisme en Amérique du Sud, le sens du « Mano Figa » évolue. L’église instaure de nouvelles croyances et traditions en Amérique du Sud. Par ailleurs, il bouleverse la fonction de certains porte-bonheurs traditionnels. La forme de main en particulier, devient un attribut de pratiques chrétiennes de dévotion et de protection.

Le christianisme considère la relique comme un objet de protection contre le mauvais œil. Cette nouvelle fonction du Fig hand se répand dans la culture populaire latino-américaine. Selon cette croyance, le mauvais œil peut causer des malheurs, des maladies et des accidents. Par conséquent, il apparaît crucial de se protéger contre ses effets néfastes.

Aujourd’hui, le « Mano Figa » demeure un porte bonheur populaire au Brésil et dans d’autres pays d’Amérique latine. Il s’utilise souvent pour se mettre à l’abri du malheur et des influences négatives. Cependant, remarquez que le sens et la signification de cette relique peuvent varier selon les cultures et les traditions.

Le Jin Chan

Le Jin Chan, également connu sous le nom de « grenouille à trois pattes« , est un porte bonheur appartenant à la culture chinoise. D’après les croyances chinoises, l’animal que représente ce talisman est un messager des dieux. Associé à la richesse et à la prospérité, il attire la fortune et la chance dans les affaires à l’instar du fameux fer à cheval, de la feuille de laurier et du trèfle à quatre feuilles de la culture occidentale.

Le Jin Chan apparaît sous forme d’une grenouille avec trois pattes et une pièce de monnaie dans la bouche. La pièce est la véritable symbolique de l’abondance et de la prospérité.

Pour activer le pouvoir du Jin Chan, placez-le dans un endroit stratégique de votre maison ou de votre service. Assurez-vous que la tête de la grenouille fasse face à l’intérieur de la pièce.

Une autre méthode consiste à frotter le dos de la relique pour attirer la chance et la richesse. Cependant, vous ne devez pas toucher la pièce de monnaie dans sa bouche, car cela peut perturber son pouvoir symbolique.

L’origine de cette relique remonte à la dynastie des Han de l’Est (années 25 à 220 après JC) en Chine. Selon la légende, le Jin Chan était à l’origine un crapaud vieux de mille ans, un millénaire au cours duquel il acquiert des pouvoirs magiques. Ayant entrepris de nombreuses bonnes actions, une divinité décide de le récompenser. A cet effet, cette dernière lui attribue la capacité d’attirer la richesse et la prospérité.

Au fil des ans, le Jin Chan devient un symbole important de la culture chinoise et d’autres pays asiatiques. Il s’emploie aussi bien dans les maisons qu’au sein des entreprises. Par ailleurs, il se décline en différentes versions. Différentes régions d’Asie réinventent son histoire, mais tous les récits ont en commun l’idée que le Jin Chan est une relique de bonne fortune et de richesse.

ET SI VOUS ÉTIEZ VICTIMES D’UNE MALÉDICTION ?

SI VOUS N’ARRIVEZ PAS À MANIFESTER CE QUE VOUS DÉSIREZ MALGRÉ TOUS VOS EFFORTS… VOUS ÊTES PROBABLEMENT VICTIME D’UNE MALÉDICTION

Les clés

De nombreuses cultures et traditions de par le monde attribuent à la clé des pouvoirs liés à la chance. Toutefois, les capacités de cette dernière diffèrent parfois selon les croyances.

Symbolique des clés dans la culture occidentale

Dans la culture occidentale, les clés se rapportent à la chance et à la réussite. Les occidentaux portent parfois une clef en guise de médaille, en bracelet ou en collier pour attirer le bonheur. Ils la perçoivent également comme un symbole de prise de décision et de responsabilité. Selon les croyances occidentales, une clé représente le pouvoir de choisir et l’ouverture des portes de l’avenir.

Les chrétiens associent la clef à Saint Pierre, détenteur des clés célestes. Elle s’utilise souvent dans les symboles et les représentations de l’Église catholique.

En raison de leur fonction traditionnelle, les clefs font aussi allusion à la sécurité et à la protection. En effet, elles permettent de verrouiller et de déverrouiller les portes pour protéger les biens et les personnes.

Pouvoir des clés selon la tradition chinoise

Dans la culture chinoise, les clés sont un symbole de richesse et de prospérité. Les clefs d’or s’utilisent parfois dans les mariages chinois. Les mariés les reçoivent en guise de présent, ce qui traduit le désir de voir perdurer et prospérer le couple. Les clés font également office de porte bonheur dans le domaine financier et de la réussite.

En chine, les clés sont traditionnellement fabriquées en or ou en laiton, des matériaux qui symbolisent la richesse et la prospérité. De plus, elles sont souvent représentées par paire, pour traduire l’harmonie, l’équilibre et la complétude. Dans la tradition chinoise, recevoir une clé comme cadeau traduit un souhait de chance et de prospérité.

Symbolique des clés selon la tradition japonaise

Dans la culture japonaise, les clés sont associées à la protection et à la sécurité. Les japonais les utilisent pour protéger la maison et la famille contre les mauvais esprits.

A l’instar des chinois, les japonais utilisent des clefs en paire pour symboliser l’harmonie et l’équilibre. Ces reliques font également penser aux portes coulissantes traditionnelles japonaises, qui se verrouillent à l’aide de deux clés.

Au Japon, une clé peut aussi être en rapport avec la chance et la prospérité. De fait, elle ouvre les portes d’un avenir radieux. De plus, dans la tradition japonaise, il existe des « clés de vœux » (ou « omamori » en japonais). Il s’agit de petites amulettes de tissu en forme de clef qui se vendent dans les temples et sanctuaires. Ces clés de vœux se portent souvent comme porte-bonheur pour attirer la chance et la protection contre les maladies et les accidents.

une femme qui tient un gros trousseau de clés

Le grigri

Le grigri est un porte bonheur originaire d’Afrique de l’Ouest, plus précisément de la région du Sahel. Considéré comme un objet sacré, il s’emploie dans la pratique de la religion vaudou ainsi que dans d’autres croyances traditionnelles africaines.

Une puissante relique

Les grigris se confectionnent à partir d’une variété de matériaux, tels que des coquillages, des os, des plumes, des pierres, des graines, des racines, des feuille et des herbes. Généralement, ils représentent des divinités ou des esprits. Avant leur utilisation, ils sont bénis par des prêtres ou des guérisseurs. C’est ainsi qu’ils acquièrent leur pouvoir de protection contre les mauvais esprits et pour l’attirance la bonne fortune et la prospérité.

Selon les croyances, le grigri peut protéger son propriétaire contre les mauvais esprits, les maladies, les accidents et les malheurs. Il peut également apporter la prospérité, l’amour et la fertilité.

Le talisman aux multiples usages

Les grigris se portent souvent autour du cou ou s’attache à la ceinture. En revanche, certains talismans sont voués à rester en intérieur. Vous pouvez les glisser dans un coin de votre maison ou dans un endroit discret de votre lieu de travail.

Le grigri est une réalisation des guérisseurs traditionnels ou de certains artisans locaux spécialistes du domaine. Ils y mettent leur savoir-faire et leur énergie. Ce talisman apparaît comme un symbole important de la culture et de la spiritualité africaines.

Les grigris sont des objets très polyvalents, et chaque relique est unique. Ils sont fabriqués selon les croyances et les traditions de la communauté ou de la personne qui le crée. Le grigri peut être porté comme un bijou ou un accessoire de mode, mais il reste avant tout un objet sacré avec un grand pouvoir que vous devez traiter avec respect.

Porte bonheur : en résumé

En somme, le choix d’un porte bonheur n’est pas aussi évident qu’il ne paraît. En effet, s’il existe une pléthore de reliques susceptibles d’apporter la chance dans votre vie, l’accessoire qui vous convient dépend essentiellement de vos croyances et de votre religion.

Articles similaires

Réussite

Comment attirer la chance et le succès

21/03/2024
Amour

Comment faire revenir l’être aimé avec du sel

21/03/2024

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut

recevez chaque semaine par mail tous nos secrets d’abondance